Traitements de Procréation Assistée Diagnostic génétique préimplantatoire de l’embryon (DGP)

Cette technologie nous permet de détecter d’éventuelles altérations génétiques dans les embryons avant le transfert embryonnaire. Elle nous est d’un grand secours dans certaines conditions déterminées.

Le DPG est l’étude d’altérations chromosomiques et génétiques chez l’embryon avant son transfert à la mère. Il nous permet de repérer les embryons libres d’anomalies chromosomiques ou de mutations génétiques.

L’objectif de cette analyse est de garantir une descendance saine. Pour réaliser le DGP, il est nécessaire de recourir à un traitement de Fécondation in Vitro avec ICSI ou IMSI. Trois jours après la micro-injection, les embryons présentent 6-8 cellules. On prélève une cellule sur chacun d’eux, que l’on analyse au moyen de techniques de biologie moléculaire pour écarter les embryons présentant une anomalie génétique quelconque.

Cette technique est indiquée dans les cas suivants:

  • Maladies héréditaires autosomiques ou liées aux chromosomes sexuels telles que : Chorée de Huntington, Syndrome de l’X fragile, Dystrophie myotonique, Syndrome de Marfan, Rétinoschisis, Hémophilie A, Mucoviscidose, Bêta-thalassémie, Dystrophie musculaire de Duchenne, Polykystose rénale et bien d’autres.
  • Altérations chromosomiques structurelles, telles que les translocations ou inversions.
  • Avortements répétés. Dans 50% des cas, la cause réside dans l’embryon et non dans le couple. Le DGP, grâce à la technique FISH, permet de sélectionner des embryons libres d’anomalies (analyse de 9 chromosomes : X, Y, 13, 15, 16, 17, 18, 21 et 22), ce qui augmente les chances d’une grossesse évolutive.
  • Échecs préalables de FIV. Il arrive que les embryons présentent un aspect externe normal, même s’ils contiennent des altérations génétiques susceptibles d’empêcher l’implantation et d’assurer le succès du traitement. Le DGP permet une sélection embryonnaire plus précise.
  • Âge avancé de la mère.
  • Facteur masculin : altérations révélées par l’analyse FISH, méiose, fragmentation de l’ADN.
Last Update: 08/09/2014
References:
– Matorras R, Hernández J (eds): Estudio y tratamiento de la pareja estéril: Recomendaciones de la Sociedad Española de Fertilidad, con la colaboración de la Asociación Española para el Estudio de la Biología de la Reproducción, de la Asociación Española de Andrología y de la Sociedad Española de Contracepción. Adalia, Madrid 2007.
The Preimplantation Genetic Diagnosis International Society: guidelines for good practice in PGD. Reprod Biomed Online 2004;9:430-4.
– Geraedts JP, Harper J, Braude P, Sermon K, Veiga A, Gianaroli L, Agan N, Munne S, Gitlin S, Blenow E, de Boer K, Hussey N, Traeger-Synodinos J, Lee SH, Vivi- lle S, Krey L, Ray P, Emiliani S, Liu YH, Vermeulen S. Preimplantation genetic diagnosis (PGD), a collabo- rative activity of clinical genetic departments and IVF centres. Prenat Diagn 2001;21:1086-92.
– Thornhill AR, deDie-Smulders CE, Geraedts JP, Har- per JC, Harton GL, Lavery SA, Moutou C, Robinson MD, Schmutzler AG, Scriven PN, Sermon KD, Wilton L; ESHRE PGD Consortium. ESHRE PGD Consortium ‘Best Practice guidelines for clinical Preimplantation Genetic Diagnosis (PGD) and Preimplantation Gene- tic Screening (PGS)’. Hum Reprod 2005;20:35-48.