Syndrome de l’ovaire polykystique – SOPQ

Également appelé Syndrome de Stein-Leventhal, le SOPQ compte parmi les troubles endocrinologiques les plus fréquents chez les femmes en âge fertile.

Cette altération endocrinologique et métabolique affecte entre 6 et 10% des femmes en âge fertile. La caractéristique principale en est l’excès d’hormones masculines (hyperandrogénie) et un trouble au niveau du métabolisme du glucose (hyperinsulinémie). Même s’il existe un certain nombre de femmes asymptomatiques, la majorité présente au moins un des symptômes suivants:

  • Anovulation: absence de menstruation ou menstruation irrégulière (oligoménorrhée)
  • Obésité
  • Croissance excessive du poil (hirsutisme)
  • Acné
  • Peau grasse

Les critères diagnostiques incluent l’HYPERANDROGÉNIE (clinique ou biochimique), l’ANOVULATION et l’ASPECT ÉCHOGRAPHIQUE des ovaires (augmentation de volume et multiples images folliculaires de moins de 10 mm du cortex ovarien).

Les problèmes à court terme peuvent être:

  • Syndromes d’hyperandrogénie tels que l’acné, l’hirsutisme et la peau grasse. On recommande alors d’adopter des mesures hygiéno-diététiques (perte de poids et exercice), contraceptives à base de gestagène à effet antiandrogénique ou des traitements dermatologiques contre l’hirsutisme.
  • Irrégularité menstruelle. On recommande également dans ce cas des mesures hygiéno-diététiques (perte de poids et exercice). Il est aussi recommandé de recourir à des contraceptifs à base de gestagène à effet antiandrogénique.
  • Subfertilité-stérilité (par anovulation). Comme dans les cas précédents : un régime hygiéno-diététique avec réduction de l’ingestion calorique et augmentation de l’exercice physique quotidien (surtout chez les patientes obèses) augmentera la fertilité spontanée, ainsi que la réponse aux différents traitements de reproduction.
  • Le traitement de fertilité à base de médicaments réducteurs du niveau d’insuline (chez les patientes souffrant d’hyperinsulinémie), tels que la metformine, réduisent les niveaux d’androgènes tout en améliorant la réponse à ceux de l’ovulation.
  • Citrate de Clomifène: son administration durant les premiers jours du cycle permet l’ovulation dans 75-80% des cas chez les patientes soumises à un traitement de fertilité, même si la moitié seulement parvient à la gestation. 75% de gestations sont toutefois obtenues dans les 3 premiers mois.
  • Gonadotrophines: elles sont plus efficaces que le citrate de Clomifène dans le traitement de la reproduction, mais présentent un risque plus grand de complications. La dose doit être individualisée pour éviter une réponse exagérée.
  • Si le développement monofolliculaire associé aux relations programmées ou à l’Insémination Artificielle ne permettent pas d’obtenir de gestation, s’il existe un facteur masculin ou tubaire associé, ou s’il se produit un développement folliculaire multiple, le passage à d’autres techniques de procréation médicalement assistée, telles que la Fécondation in Vitro (FIV), s’avèrera alors nécessaire.
  • Drilling ovarien laparoscopique: l’ouverture de « fenêtres » dans le cortex ovarien diminue la concentration d’androgènes et déclenche une ovulation spontanée dans les mois qui suivent l’intervention.

Complications des traitements:

  • Insémination Artificielle: augmentation du taux de gestations multiples.
  • Fécondation in Vitro: augmentation d’annulation du traitement de fertilité, risque de syndrome d’hyperstimulation ovarienne et diminution du taux de fécondation.

Les problèmes à long terme du Syndrome d’Ovaires Polykystiques ont trait à une augmentation des facteurs de risque de maladie cardiovasculaire et cérébrovasculaire : obésité, hypertension artérielle, intolérance au glucose et Diabète Mellitus de type 2, augmentation du taux de cholestérol, etc.). Des mesures de type hygiénique et diététique diminueront leur impact (diète, exercice).

Last Update: 11/09/2014
References:
– Stein I, Leventhal ML. Amenorrhea associated with bilateral polycystic ovaries. Am J Obstet Gynecol. 1935; 29: 181-91.
The Rotterdam ESHRE/ASRM- sponsored PCOS Consensus Workshop Group Revised 2003 consensus on diagnostic criteria and long-term health risks related to polycystic ovary syndrome (PCOS).Hum Reprod 2004;19: 41–47.
– SEF Sociedad Española de Fertilidad. Síndrome del Ovario Poliquístico
2ª edición.2012. Editorial Médica Panamericana
– Clinical Gynecologic Endocrinology and Infertility 7th ed: Leon Speroff, Robert H. Glass, Nathan G. Kase, 2006 Lippincott Williams & Wilkins