Couples sérodiscordants

Les couples chez lesquels un des membres présente une maladie infecto-contagieuse (Virus de l’Hépatite C ou HIV) peuvent se soumettre à des techniques spéciales de procréation médicalement assistée pour éviter la contagion.

Virus de l’immunodéficience humaine (VIH)

Le recours aux techniques de procréation médicalement assistée ne se limite pas aux couples de ce groupe souffrant de problèmes de stérilité, mais concerne tous les couples sérodiscordants désireux d’éviter le risque de contagion du membre séronégatif. La tendance actuelle est la suivante : si l’homme est séropositif, on procède au lavage du sperme, à la congélation, à la confirmation de l’absence de virus après lavage par PCR et au recours à une Fécondation in Vitro par ICSI ou IMSI, ces techniques diminuant les risques et augmentant les chances de succès.

Virus de l’Hépatite C (VHC)

Dans le cas d’un homme VHC+, on recommande de suivre le même procédé que dans le cas du VIH, autrement dit, lavage de sperme, congélation, confirmation de l’absence du virus après lavage par PCR et recours à la Fécondation in Vitro avec ICSI ou IMSI. Pour ce qui est des femmes VHC+, fortement affectées par le virus, on préconise un traitement antiviral avant la gestation.

Virus de l’Hépatite B (VHB)

Chez les couples sérodiscordants, on préconise la vaccination du membre non-affecté, même pendant la grossesse.

Last Update: 12/09/2014
References:
– Matorras R, Hernández J (eds): Estudio y tratamiento de la pareja estéril: Recomendaciones de la Sociedad Española de Fertilidad, con la colaboración de la Asociación Española para el Estudio de la Biología de la Reproducción, de la Asociación Española de Andrología y de la Sociedad Española de Contracepción. Adalia, Madrid 2007.