Traitement de Procréation Assistée Insémination Artificielle Conjugale (IAC)

L’Insémination Artificielle Conjugale (IAC) est un traitement facile à mettre en place et peu gênant. À défaut de contre-indications, il constitue notre première ligne de traitement.

L’insémination Artificielle Conjugale est un traitement de reproduction humaine consistant à introduire le sperme du couple (préalablement « amélioré ») dans l’utérus de la femme au moment de l’ovulation.

Les conditions nécessaires à la réalisation de l’Insémination Artificielle sont les suivantes:

  • Dans le cas de la femme: bilan gynécologique, hystérosalpingographie, sonohystérographie afin de démontrer la perméabilité d’au moins une trompe et analyse de sang.
  • Dans le cas de l’homme: spermogramme ou Test REM ayant détecté un facteur masculin sévère, analyse de sang.
  • Consentement, en connaissance de cause, de l’Insémination Artificielle Conjugale.

L’Insémination Artificielle est prescrite dans les cas suivants:

  • Facteur masculin : altération légère/modérée du nombre ou de la mobilité des spermatozoïdes.
  • Insuccès des relations programmées ou Citrate de Clomifène.
  • Stérilité d’Origine Inconnue (SOI).
  • Facteur féminin : chez les patientes souffrant d’anovulation (par exemple : Syndrome d’Ovaire Polykystique).
  • Hommes séropositifs au VIH ou VHC : on réalise dans ce cas l’insémination artificielle après lavage du sperme.

Nous ne réalisons pas d’Insémination Artificielle dans les cas suivants:

  • Occlusion tubaire bilatérale.
  • Adhérences tubaires importantes.
  • Endométriose sévère.
  • Facteur masculin sévère.

La technique de l’Insémination Artificielle

  • Induction de l’ovulation: à partir du 3ème jour du cycle des gonadotrophines (hormone FSH) sont administrées quotidiennement par voie sous-cutanée afin de stimuler la croissance folliculaire. Un suivi échographique permet d’évaluer le développement folliculaire. Lorsque les follicules sont suffisamment mûrs, on applique un autre traitement (hormone HCG) pour provoquer l’ovulation.
  • Capacité spermatique: le jour de l’ovulation, le sperme du couple est traité afin d’en améliorer la qualité (surtout la mobilité). Après cette amélioration, on peut procéder à l’insémination artificielle.
  • Insémination Artificielle: au cabinet, et d’une manière pratiquement indolore, on injecte les spermatozoïdes dans la cavité utérine par le biais d’un cathéter d’insémination. De là, ils montent jusqu’à la trompe où ils féconderont l’ovule.

Après l’insémination artificielle, la patiente peut reprendre ses activités en toute tranquillité, sans besoin de repos. Le taux de succès par cycle se situe autour de 20-24%, avec un taux accumulatif sur 3 cycles atteignant 65%. Il est recommandé de réaliser cette technique sur une période allant de 3 à 6 cycles, qui peuvent être consécutifs, car le repos entre chaque cycle n’est pas nécessaire. Le taux de grossesse multiple oscille entre 8 et 20%.

Last Update: 02/09/2014
References:
– Merviel P, Heraud MH, Grenier N, Lourdel E, Sanguinet P, Copin H. Predictive factors for pregnancy after intrauterine insemination (IUI): an analysis of 1038 cycles and a review of the literature. Fertil Steril. 2010; 93(1): 79-88.
– Cooper TG, Noonan E, von Eckardstein S, Auger J, Baker HW, Behre HM, et al. World Health Organization reference values for human semen characteristics. Hum Reprod Update. 2010; 16(3): 231-45.
– Intrauterine insemination. Hum Reprod Update. 2009; 15(3): 265-77.
– Polyzos NP, Tzioras S, Mauri D, Tatsioni A. Double versus single intrauterine insemination for unexplained infertility: a meta-analysis of randomized trials. Fertil Steril. 2010; 94(4): 1261- 6.
– Hughes EG. The effectiveness of ovulation induction and intrauterine insemination in the treatment of persistent infertility: a meta-analysis. Hum Reprod 1997;12:1865-72.